José Gospel 4Une histoire de coeur…


Le Brésil a été l’un des derniers pays au monde à abolir l’esclavage, le 13 mai 1888.
Au début du XVIème siècle, le développement de la production du sucre dans les régions du Nord-Est où je suis né, a nécessité d’introduire une nouvelle main d’oeuvre. Les indiens indigènes ne suffisaient plus à la tâche. L’Afrique noire a fourni au Brésil un grand réservoir d’esclaves.
Mon arrière-grand-mère paternelle a encore connu cette condition atroce. Les récits de mes parents sur ses souffrances ont marqué mon jeune esprit. Quelques recherches, m’amènent à penser que ma famille était originaire du Bénin. En effet, après l’abolition, certains déportés ont regagné leur terre natale. On trouve des « De Lima » au Bénin.
A travers les Spirituals, le peuple noir s’est identifié au peuple hébreu, lui aussi réduit à la servitude. L’espérance en la délivrance divine était la seule perspective de salut pour ces opprimés. Baigné dans cette culture, j’écoute des spirituals et des gospels depuis mon enfance. Adulte, je suis transporté quand je les interprète. Les textes comme les mélodies des spirituals ont une profondeur, une force qui galvanisent le chanteur et l’auditeur. J’aime présenter les grands traditionnels.
La relation entre ces chants et ma propre histoire m’a conduit à en écrire moi-même…
En 2005, j’ai composé « Afrique, un rêve brisé » une courte comédie musicale qui retrace l’histoire de mon aïeule. Elle a été produite dans le magnifique cadre de l’Opéra national du Rhin en février 2005 avec ma chorale Elijah’s Gospel Singers, et de nombreux artistes invités.
Pour découvrir quelques gospels, cliquez sur l’image.